Oh you fancy, huh?

Mes oreilles sifflent encore. On était collé contre une caisse de son. C’était génial. J’enlaçais Myriam, qui était dos à moi, et on se berçait tout doucement alors que les ondes sonores rebondissaient violemment contre nos corps, faisant vibrer délicatement nos cellules, en rythme avec les instruments. C’était notre band, nos chansons. Le Mavericks était rempli à craquer mais, pourtant, je nous croyais seul au monde.

Vidéo : Wintersleep - Weighty Ghost

J’ai échoué mon examen de conduite automobile mais je m’en fou car WINTERSLEEP CE SOIR AU MAVERICK AVEC MA BLONDE QUE J’AIME FORT. Woot!

J’ai tellement besoin d’argent que je me lance, dès ce soir, dans la construction d’applications pour Blackberry.

Je peux enfin souffler un peu. Les 80 cerveaux de souris sont coupés en fines tranches et flottent, actuellement, dans des tubes remplis de cryoprotectant. Je vais pouvoir passer quelques jours sans revoir les longs corridors immaculés du département animalier, sans entendre le “bip” de ma carte magnétique sur les verrous électroniques des portes et sans que mes mains soient imbibées de l’odeur âcre des gants en caoutchouc. Mon maillot de bain est en route vers le Canada et je suis impatient de l’enfiler et de croire enfin qu’il s’agit là bel et bien de mes vacances d’été.

Je vais, ce soir, finir un dessin.

Je n’ai pas ce que je veux en ce moment mais, je l’aurai.

What am I doing with this, uh?

C’était pas un bar gay

Hier, au labo, j’ai décidé que j’en avais assez. Je mangeais le risotto de Myriam en regardant le campus par la grande fenêtre qui me faisait face. En refermant le couvercle de mon thermos, j’avais décidé de voir du monde. 

C’était spontané. J’avais réussi à acheter une bouteille de sangria à 6,25$ avant d’attraper l’autobus pour aller chez É. (J’étais content qu’elle soit italienne et pas espagnole car j’aurais fait très honte à sa patrie) On s’est finalement ramassé, une belle gagne, sur la terrasse du Heart and Crown, un bar tout à fait désagréable. Alors que je voyais le pichet trop cher de Budweiser descendre inexorablement, au même rythme que notre tolérance au froid, j’ai proposé qu’on aille ailleurs car j’avais vraiment besoin de passer une bonne soirée. J’avais envie d’aller au Zaphod, un bar super bien coté sur internet et qui était situé à deux coins de rue d’où on se trouvait.

Arrivé sur place, tout me faisait bonne impression. La fille du guichet était jolie, l’étampe du cover était drôle, la clientèle ressemblait à celle des Fouf et la musique était bonne. On s’est tous dirigé vers le dance floor, on a lancé nos sacs et nos manteaux sur une banquette et on s’est mis à danser. Tout de suite, un gars s’est dirigé vers ma sœur pour danser avec elle. Il avait l’air gay, alors ça ne m’a pas gêné. Puis, P. me fait remarquer qu’il y avait beaucoup de gars… Beaucoup, BEAUCOUP de gars et, qui plus est, dansaient ensemble. Alors que j’essayais de faire comprendre à tout le monde que ce n’était pas un bar gay en leur criant tour à tour dans les oreilles et que, si ce l’était bel et bien, je n’étais pas au courant, d’autres gars s’agglutinaient autour de ma jumelle. C’était très drôle, au début, jusqu’à temps qu’il y en aille un qui soit particulièrement gênant et qui semblait l’agacer. D’un seul coup d’épaule bien placé, je le repousse. Il me tapote l’épaule et me chuchote "Are you her boyfriend or her friend?". Je lui répond : "I’m her brother. You annoy her. Now, go away." Il m’a tendu sa main pour que je lui fasse un high five et je me suis retourné en l’ignorant, dans toute ma condescendance. Il m’a tapé une fesse et il est parti. 

Les bonnes chansons s’enchaînaient, on est resté encore un bon moment. Bar gay ou non, c’était génial.

Je suis parti 1h plus tôt. J’en pouvais plus, du labo. Le pavillon était vide, tout était silencieux et la pluie ne cessait de battre, dehors. J’ai retiré mon sarrau frénétiquement, comme si c’était quelque chose de dangereux. Mon ventre me faisait terriblement mal : j’avais faim et j’en avais mal au cœur. Arrivé à la maison, j’engouffre beaucoup trop rapidement le plat de pâtes qu’on m’avait laissé. Bien sûr, la douleur n’a fait que s’amplifier. Je suis allé prendre une douche très chaude pour convaincre les muscles de mon dos de se relâcher. En position fœtus dans le fond de ma baignoire, je me demande si c’est bien ça, l’été que je voulais.

17 years ago

J’avais un rendez-vous chez le dentiste, ce matin. J’avais hâte d’y aller puisque c’était ce qui se rapprocherait le plus d’un «break» pour moi, cette semaine. Je suis tombé face à face à une porte verouillée avec une petite note d’excuse collée à la hauteur de mes yeux. J’ai figé, pendant un instant. J’ai essayé d’ouvrir la porte de force. Je suis finalement parti travailler.

Brain slicing

C’est ce à quoi se résume une bonne partie de mes journées pour la prochaine semaine : trancher des cerveaux de souris avec une lame Gilette.

Ce qu’on peut faire en faisant du brain slicing :

  • Faire du brain slicing

Ce qu’on ne peut pas faire en faisant du brain slicing :

  • S’asseoir confortablement

Résumé de mon avant-midi

Je dois piquer cette souri, et toutes les autres aussi. Lui ai-je injecté assez d’euthanyle? Elle bouge encore. Je vais pincer sa patte, pour voir. Vite, vite, je dois accélérer, celle-ci va bientôt mourir, son cœur ne bat presque plus. Mince, l’aiguille s’est retirée de l’apex du cœur, la solution de formaldéhyde coule partout. Ai-je bien coupé l’aorte? Il y a trop de sang, j’peux rien y voir. Merde, le foie est dans le chemin, il se colle aux poumons, il faut absolument que je bloque l’artère dorsale. Bon, okay, la tête est coupée. Ça c’est bien passé. Une autre, déjà? C’est laquelle? Combien est-ce que j’en ai tué? 10? Quelle heure est-il? Midi? J’suis supposé avoir faim, moi?

Si tu savais tout ce que je dois faire dans mon laboratoire, jamais tu ne me croirais si j’te disais que j’aime les animaux.

DAY 1

Ça m’a pris 23 minutes pour mettre mes verres de contact. 3 minutes pour l’œil droit et 20 minutes pour l’œil gauche. Ce soir, mon défi c’est de les retirer avant le levé du soleil.

Theme