Oh you fancy, huh?

What am I doing with this, uh?

C’était pas un bar gay

Hier, au labo, j’ai décidé que j’en avais assez. Je mangeais le risotto de Myriam en regardant le campus par la grande fenêtre qui me faisait face. En refermant le couvercle de mon thermos, j’avais décidé de voir du monde. 

C’était spontané. J’avais réussi à acheter une bouteille de sangria à 6,25$ avant d’attraper l’autobus pour aller chez É. (J’étais content qu’elle soit italienne et pas espagnole car j’aurais fait très honte à sa patrie) On s’est finalement ramassé, une belle gagne, sur la terrasse du Heart and Crown, un bar tout à fait désagréable. Alors que je voyais le pichet trop cher de Budweiser descendre inexorablement, au même rythme que notre tolérance au froid, j’ai proposé qu’on aille ailleurs car j’avais vraiment besoin de passer une bonne soirée. J’avais envie d’aller au Zaphod, un bar super bien coté sur internet et qui était situé à deux coins de rue d’où on se trouvait.

Arrivé sur place, tout me faisait bonne impression. La fille du guichet était jolie, l’étampe du cover était drôle, la clientèle ressemblait à celle des Fouf et la musique était bonne. On s’est tous dirigé vers le dance floor, on a lancé nos sacs et nos manteaux sur une banquette et on s’est mis à danser. Tout de suite, un gars s’est dirigé vers ma sœur pour danser avec elle. Il avait l’air gay, alors ça ne m’a pas gêné. Puis, P. me fait remarquer qu’il y avait beaucoup de gars… Beaucoup, BEAUCOUP de gars et, qui plus est, dansaient ensemble. Alors que j’essayais de faire comprendre à tout le monde que ce n’était pas un bar gay en leur criant tour à tour dans les oreilles et que, si ce l’était bel et bien, je n’étais pas au courant, d’autres gars s’agglutinaient autour de ma jumelle. C’était très drôle, au début, jusqu’à temps qu’il y en aille un qui soit particulièrement gênant et qui semblait l’agacer. D’un seul coup d’épaule bien placé, je le repousse. Il me tapote l’épaule et me chuchote "Are you her boyfriend or her friend?". Je lui répond : "I’m her brother. You annoy her. Now, go away." Il m’a tendu sa main pour que je lui fasse un high five et je me suis retourné en l’ignorant, dans toute ma condescendance. Il m’a tapé une fesse et il est parti. 

Les bonnes chansons s’enchaînaient, on est resté encore un bon moment. Bar gay ou non, c’était génial.

Je suis parti 1h plus tôt. J’en pouvais plus, du labo. Le pavillon était vide, tout était silencieux et la pluie ne cessait de battre, dehors. J’ai retiré mon sarrau frénétiquement, comme si c’était quelque chose de dangereux. Mon ventre me faisait terriblement mal : j’avais faim et j’en avais mal au cœur. Arrivé à la maison, j’engouffre beaucoup trop rapidement le plat de pâtes qu’on m’avait laissé. Bien sûr, la douleur n’a fait que s’amplifier. Je suis allé prendre une douche très chaude pour convaincre les muscles de mon dos de se relâcher. En position fœtus dans le fond de ma baignoire, je me demande si c’est bien ça, l’été que je voulais.

17 years ago

J’avais un rendez-vous chez le dentiste, ce matin. J’avais hâte d’y aller puisque c’était ce qui se rapprocherait le plus d’un «break» pour moi, cette semaine. Je suis tombé face à face à une porte verouillée avec une petite note d’excuse collée à la hauteur de mes yeux. J’ai figé, pendant un instant. J’ai essayé d’ouvrir la porte de force. Je suis finalement parti travailler.

Brain slicing

C’est ce à quoi se résume une bonne partie de mes journées pour la prochaine semaine : trancher des cerveaux de souris avec une lame Gilette.

Ce qu’on peut faire en faisant du brain slicing :

  • Faire du brain slicing

Ce qu’on ne peut pas faire en faisant du brain slicing :

  • S’asseoir confortablement

Résumé de mon avant-midi

Je dois piquer cette souri, et toutes les autres aussi. Lui ai-je injecté assez d’euthanyle? Elle bouge encore. Je vais pincer sa patte, pour voir. Vite, vite, je dois accélérer, celle-ci va bientôt mourir, son cœur ne bat presque plus. Mince, l’aiguille s’est retirée de l’apex du cœur, la solution de formaldéhyde coule partout. Ai-je bien coupé l’aorte? Il y a trop de sang, j’peux rien y voir. Merde, le foie est dans le chemin, il se colle aux poumons, il faut absolument que je bloque l’artère dorsale. Bon, okay, la tête est coupée. Ça c’est bien passé. Une autre, déjà? C’est laquelle? Combien est-ce que j’en ai tué? 10? Quelle heure est-il? Midi? J’suis supposé avoir faim, moi?

Si tu savais tout ce que je dois faire dans mon laboratoire, jamais tu ne me croirais si j’te disais que j’aime les animaux.

DAY 1

Ça m’a pris 23 minutes pour mettre mes verres de contact. 3 minutes pour l’œil droit et 20 minutes pour l’œil gauche. Ce soir, mon défi c’est de les retirer avant le levé du soleil.

Je suis en train de vider ma chambre pour une deuxième journée consécutive

Depuis hier après-midi, il y a des sacs de poubelle remplis de vêtements et des boites pleines à rebords de vieux cahiers, au pied de ma porte. Je tombe sur des souvenirs. Je les jette rapidement avant qu’ils ne me reviennent complètement en mémoire. J’trouve que ça fait mal de se rappeler à quel point on a eu du fun, avant, au fait qu’on a eu un beau passé. Je suppose que c’est lourd aussi de se souvenir qu’on a vécu une époque difficile mais, c’est une lourdeur différente, tu vois? 

J’ai trouvé de vieux dessins, des bandes-dessinées que je faisais au secondaire et des aquarelles que j’ai peintes durant une époque excessivement noire de mon Cégep. Je les avais oublié. 

Puis, j’ai vidé des tiroirs contenant une partie des centaines de morceaux de papier que j’échangeais habillement avec mes amis durant les cours, pendant que le prof se retournait vers le tableau.

Pour le comble, je me suis rendu compte que, pour une raison inconnue, mon compte Facebook était réactivé depuis quelques jours. J’avais reçu des messages de quelques personnes, elles voulaient savoir ce que je devenais, où j’étudiais, si on pouvait se voir. J’ai fermé rapidement mon compte sans leur répondre. Je venais de me rappeler que j’m’ennuyais d’eux, qu’ils étaient sympas. Pour la première fois depuis 2 ans, je ne me sentais plus dans l’anonyma. Je me sentais accessible et ça m’a fait capoter.

C’est évidemment pour me protéger de la nostalgie que je préfère garder tout ce qui fait partie d’hier en profonde réminiscence. Parce qu’il fut formidable, je préfère garder mon passé loin, nébuleux et confus. Ça fait du sens, pour moi, et ça me convient.

Je vais maintenant aller porter les sacs et les boites au «bord du chemin».

Merci, Empire of the Sun. J’avais besoin de la release du premier single de votre nouvel album aujourd’hui sans vraiment le savoir. J’me sens tellement mieux même si tout allait déjà très bien ce matin.

Self-motivation.

Self-motivation.

J’veux juste te dire que…

J’ai bien hâte de pouvoir t’écrire de longs paragraphes. J’ai hâte à l’été. J’ai hâte de m’asseoir en indien sur l’asphalte encore chaude à minuit et demi. J’ai hâte de fumer sur la galerie avec Valérie et Mymy. J’ai hâte de ne plus avoir à configurer une alarme sur mon portable. J’ai hâte de pouvoir écouter des dessins animés jusqu’à ce que je m’endorme sur le divan du salon. J’ai hâte de porter des lunettes de soleil. J’ai hâte d’avoir le temps de faire de bonnes pioches chez Vertigo Records après des heures passées à tâter les CD dans leurs gros bacs en bois. J’ai hâte d’arracher des poignées de gazon et de manger des trèfles. J’ai hâte d’apprendre à jouer de l’harmonica parce que, cette année, j’ai décidé de vraiment m’y mettre. J’ai hâte de faire l’amour. J’ai hâte de pouvoir tomber dans la lune jusqu’à la rentrée. J’ai hâte. J’ai hâte. J’ai tellement fucking hâte.

J’vais faire brûler un bâton d’encens qui me fait penser au mois de mai et j’vais me mettre rapidement au lit en souhaitant très fort de rêver à tout ça parce que ce soir c’est nécessaire.

Bonne nuit.

Tonight, I don’t give a fuck.

Ils peuvent continuer à me vomir leurs conneries dans la gueule, ça m’fait pas un pli sur la poche.

Tout va bien.

Theme