Oh you fancy, huh?

Ma blonde

Ma blonde arrive bientôt à la maison et elle sera ma muse. Je vais la dessiner, la dénuder, la rhabiller, la photographier, la modeler, peu importe. Ma blonde est un océan d’inspiration, d’énergie et d’intensité. C’est dure de résister à la l’envie de s’y beigner. Ma blonde est une bête que je vais apprivoiser à coups de crayon.

C-Fos (stress hormone) expression in a mouse brain - 2013

C-Fos (stress hormone) expression in a mouse brain - 2013

Relation père-fils de marde

Ma relation avec mon père ce limite à ce qui suit :

- Lui donner de l’argent

- Me faire dire de me taire, matin, midi et soir car c’est le bulletin de nouvelles à la télé

- Savoir que je vais me faire engeuler si je suis dans la merde et que j’ai besoin qu’il vienne me chercher ou qu’il me conduise quelque part

- Garder en tête que peu importe ce que je lui demande la réponse va être, 95% du temps : “Raaahhhh, la Joe, j’le sais pas.” ou “J’ai pas touché à ça.”

- Me faire surnomer Joe

Je sais pas quel genre de père je vais être mais j’peux te promettre que ça ressemblera pas à ça.

Ce soir on va faire attention à l’un et à l’autre parce que, depuis quelque temps, on avait oublié que c’était important.

Quand tu travailles comme un chien sur une présentation orale portant sur les propriétés hallucinogènes du LSD, durant ta fin de session, ça te donne juste le goût d’en faire durant tout un weekend.

J’ai envie d’être en sous-vêtements, sous la couette, avec Myriam.

Visage - Fade To Grey

Il y a un résident de la résidence pour personne âgé où je travaille qui est décédé aujourd’hui. J’ai deux nouvelles paires de souliers.

Au nom des hommes, je vous présente mes excuses

Je ne sais pas qu’est-ce qui se passe. Peut-être que c’est parce que je follow trop de filles sur tumblr, mais je crois qu’il y a un gros mouvement féministe qui se lève en ce moment. Je ne peux pas m’empêcher de vous appuyer, vous, les filles. Je lis tous les articles que vous publiez au sujet de l’égalité des sexes. Je “like” les photos de celles qui défendent la beauté de leur taille forte. Je défend toutes vos idées.

N’empêche que j’commence à me trouver répugnant. Je me rend bien compte que beaucoup d’hommes sont des porcs et qu’ils se comportent de façon abjecte à votre égard. Je me rend bien compte que je fais partie d’une très, très, TRÈS petite minorité d’hommes qui ne vous traitent pas comme leur égal que pour vous courtiser. Je me rend bien compte que nous avons, plus que jamais, besoin du féminisme.

L’autre jour, il y avait une fille saoule dans l’autobus. Elle avait environ 15 ans. Il ne restait plus que nous deux et, par hasard, j’ai débarqué au même arrêt qu’elle. Elle a commencé à me parler, sur un ton anxieux. Elle voulait savoir où j’allais. Je lui ai dit “Chez moi”. Elle m’a demandé à quelle adresse. J’ai alors compris qu’elle voulait s’assurer que j’étais bel et bien un résident du quartier. Après lui avoir répondu, elle a traversé la rue très rapidement et s’est mise à marcher, presque à courir, son téléphone portable sur l’oreille. Sur le coup, ça m’avait insulté qu’elle me considérait comme quelqu’un de potentiellement dangereux. Mais, aujourd’hui, j’trouve qu’elle a juste très bien agit. Elle avait raison de se méfier et d’avoir peur de moi. Les chances sont, malheureusement, que j’aurais pu lui causer des ennuis. Parce que je suis un homme.

Je tiens à vous présenter nos excuses. Excusez-nous pour notre machisme. Excusez-nous pour nos blagues misogynes. Excusez-nous d’être trop caves pour comprendre qu’aimer les femmes ne nous rendra pas moins virils. Excusez-nous pour notre désir incompréhensible de vouloir retourner dans le passé, à cette douce époque où on vous prenait presque pour des animaux et où vous n’aviez pas encore acquis le droit de vote. Maudit que ça devait être une belle époque! Pourquoi? La plupart d’entre-nous en on aucune idée. On aime juste ça le répéter pour que ça reste le plus longtemps possible dans l’histoire. Aussi, excusez-nous d’encourager les publicités ultra-sexistes où l’on engage des filles sans amour-propre pour faire la promotion de produits vendus par des compagnies qui nous achètent avec des érections. Excusez-nous d’être trop moumounes pour afficher notre attirance sexuelle envers les courbes et notre indifférence envers les poils pubiens. Excusez-nous de penser que c’est ça, être des hommes et que c’est ça, être des femmes.

Autant que certaines d’entre-vous souhaitent pouvoir un jour marcher seule, la nuit, sans avoir à vous soucier de votre sécurité, je souhaite pouvoir marcher seul, la nuit, sans passer pour un violeur.

Autant que certaines d’entre-vous souhaitent pouvoir circuler dans un endroit publique sans se faire crier des commentaires vulgaires, je souhaite pouvoir regarder sans gêne une fille parce qu’elle est belle ou bien vêtue, sans qu’on pense que je suis un pervers.

Autant que certaines d’entre-vous, j’veux qu’on se regarde, les hommes et les femmes, de la même façon.

Finally, after 3 exams, we are reunited. It feels good.

Finally, after 3 exams, we are reunited. It feels good.

OMFG.

Plus tôt ce mois-ci, j’ai appris que j’avais obtenu la bourse du UROP (PIRPC), d’une valeur de XXXX$, pour me donner l’occasion de faire une petite publication à partir de la recherche que j’ai fait cet été au labo. J’ai aussi appris que je faisais partie du palmarès du doyen à cause de mon bon relevé de notes.

Hier après-midi, une de mes profs m’a convoqué à son bureau pour me demander si je voudrais bien être son assistant-professeur durant la première semaine du mois de mai pour des cours de neuropsychologie. J’étais certain que c’était quelque chose de grave, j’étais loin de me douter que ce serait pour me faire ce genre de proposition. Elle avait d’abord un peu tourné autour du pot en me parlant du coffret DVD de Goldorak et sur le coup, ça m’avait stressé.

Dans l’autobus, en revenant de mon examen de japonais, j’ai reçu un courriel sur mon téléphone provenant du bureau des bourse et des finances de l’université. On m’a annoncé que j’ai obtenu la bourse du mérite (XXXX$) pour mes excellentes performances académiques au cours de l’année passée et que je figure donc parmi les meilleurs étudiants de l’Université d’Ottawa.

J’ai vraiment l’impression que je ne me suis pas investi comme un malade pour rien dans mes études durant la dernière année. Je ne regrette plus les sacrifices que j’ai du faire. Je me sens fier de moi et j’ai, encore une fois, un peu plus confiance en moi. Ça fait du bien en tabarnak.

Myriam, après avoir fait quelques calculs, je t’annonce que tu as investi la somme de 86,75$ dans mes sous-vêtements au cours de la dernière année. Je t’aime, mon amour.

Ça me tentait de te parler de musique.

Laure et les chevaux

Ce matin, avec Laure (nom fictif), la dame atteinte de la maladie d’Alzheimer que je visite deux fois par semaine depuis plus de 6 mois, on est allé dans un ranch. Celui-ci était creux dans les bois, dans un endroit où personne ne se douterait que quatre chevaux apprivoisés pensionnent. Contrairement aux classiques lisses étendues d’herbe dans lesquelles ont retrouve habituellement les ranches, celui que l’on a visité se trouve dans la forêt, dans un  secteur montagneux où d’immenses pierres blanches éventrent le sol. C’était vraiment un petit univers bien à part en soi.

On a eu l’occasion de flatter et de brosser des chevaux. Laure était toute enjouée. Ça faisait depuis qu’elle avait 14 ans qu’elle n’avait pas approché d’aussi près un cheval. Elle était craintive, mais le plaisir qu’elle éprouvait à voyager dans ses souvenirs était beaucoup plus fort que sa peur. La propriétaire nous avait mentionné que le cheval qu’on brossait appréciait tout particulièrement les caresses. Sans hésiter, Laure a enlacé l’énorme cou de la bête et a pausé son front sur sa douce fourrure. Elle est restée statique pendant un moment. Sa tête s’est lentement enfoncée dans le collet de son manteau. Elle pleurait. Elle disait : "Ça faisait tellement longtemps… Je vais essayer de ne jamais oublier ça."

Sur la route du retour, elle ne disait pas grand chose, si ce n’est qu’elle était émue. Je me demande simplement jusqu’à quand elle va réussir à garder ce souvenir. Elle se bat surement avec sa tête en ce moment pour ne pas qu’il s’envole, de la même manière qu’on essaye de mémoriser un rêve lorsqu’on se réveille. Esti que c’est injuste.

Fucking Alzheimer…

Theme